Institut d’Auvergne et de Développement des Territoires (IADT)


"Le tourisme de mémoire. L'inscription patrimoniale des lieux de mémoire"

L'expression « lieux de mémoire » est conceptualisée pour la première fois au sein de l'ouvrage de Pierre Nora. Incarnation du passé dans la matière, un lieu de mémoire est un tout syncrétique, un condensé de matériel et d’immatériel, indissociable du processus du souvenir. Il est « habité » par les traces du passé celles des hommes qui l’ont occupé. Il recouvre des réalités diverses tant le mémoriel est multiple : mémoires nostalgiques, mémoires apaisées, mémoires meurtries, mémoires revendicatrices, mémoires spontanées, mémoires individuelles et/ou collectives...
Un territoire se réinvente perpétuellement. Les hommes l'investissent différemment. Penser le devenir, et la continuité est un véritable enjeu pour un territoire. Le tourisme de mémoire est, notamment depuis les célébrations de 2014 sur la première guerre mondiale, un facteur de dynamisme économique et créateur d'emploi mais il est également espace de culture et de partage au présent. Un lieu de mémoire, de par les souvenirs qu'il évoque, reste et demeure un lieu vivant, un espace de vie et un lieu de sociabilité.
Quels sont les enjeux professionnels et philosophiques spécifiques au tourisme de mémoire ? Et notamment, comment gérer les mémoires dites « sensibles » lorsqu'elles deviennent lieux de tourisme ?
Comment gérer l'attractivité d'un territoire avec un code déontologique respectueux des enjeux du présent et de la sensibilité de son histoire, de ses habitants et de ses hôtes ?

 Actes numériques du colloque
"Le tourisme de mémoire. Un atout pour les collectivités territoriales ?", 9-10 avril 2015 

 

Les commentaires sont fermés